Skip to content

Le loup en France

 

 

loup Le site FranceLoups est une référence dans le domaine de la protection du loup de France. Vous y apprendrez tout sur son mode vie, la manière dont il vie en meute, comment il procède pour chasser et se nourrir, et son mode de reproduction. Vous pourrez aussi vous informer sur ses origines, tout apprendre sur sa morphologie, découvrir les différentes espèces dont sa famille est composée, ainsi que son habitat.

Pour le plaisir de tous, nous vous proposons des fables, des contes, des légendes, de la littérature, de la poésie, et aussi une liste de films, de publicités et de documentaires pour en apprendre d’avantage.

Le loup est en général caricaturé comme un animal cruel, et bien souvent considéré comme inutile à l’homme. L’image du loup garou et du grand méchant loup ont longtemps été à l’origine de ces peurs ancestrales. Au moyen âge, en occident, on parle communément du loup, mais plus particulièrement du loup-gris, qui n’est en rien celui côtoyé à l’époque dite contemporaine. De plus, il y a une abbération entre l’animal mythique représenté comme un animal vivant seul et de surcroit agressif. Alors qu’il est en vérité un animal qui vit en groupe et de plus assez craintif de l’homme. Malgré ce que l’on a toujours voulu vous faire croire, il vit en symbiose dans la nature, la forêt et avec la faune sauvage et serait une espèce clef dans le maintien de la biodiversité. Il n’est pas un tueur sanguinaire, ni un prédateur cruel, prêt à tout pour manger.

loup crocsCertains faits comme l’histoire de la bête du Gévaudan, qui serait en fait probablement un canidés, seraient restés dans les mémoires. Oublions aussi les contes populaires tels que le petit chaperon rouge, le loup et l’agneau, Pierre et le loup et les légendes ou les fictions comme celle du loup-garou qui ont renforcé sa mauvaise image et l’image du méchant loup. Nous vous proposons donc de redécouvrir son vrai visage et de nous suivre dans la protection de l’espèce canidés (canis lupus).

 

Observation du loup 

Dans l’’imaginaire collectif, le loup n’a jamais eu très bonne réputation et il a bien trop souvent été abattu par des bergers soucieux de protéger leur troupeau.

Depuis la signature de la convention de Berne en 1990, ils appartiennent maintenant à la catégorie des espèces protégées. Il est assez difficile de les observer, mais vous pourrez les trouver dans de nombreux zoos et parcs, vous pouvez consulter notre liste de Parcs avec des loups. Pour information, ils sont majoritairement présents dans le sud-est de la France, comme vous pourrez le voir sur la carte ici: Observation des loups en France

 

Des nouveaux pensionnaires au parc animalier de Sainte-Croix à Rhodes, une bien jolie meute de loups noirs.

 

 

 

 

La droite n’est plus au pouvoir mais la gauche oui. Là où nous espérions une modification sur les tirs de prélèvement des loups et surtout reconnaître qu’il s’agit d’une espèce protégée, il n’en ait rien. Au contraire le gouvernement a intensifié les tirs de prélèvement du loup en France, il y en avait eu 11 chaque année précédente, il y en aura dorénavant 24, ce qui fera plaisir aux chasseurs.

C’est dégueulasse, le mot n’est pas faible, la France continue de bafouer le traité de Bernes. Ce qui fait la part belle aux éleveurs et aux braconniers qui ne vont surtout pas rater l’occasion de tuer. Ce qui hélas ne fera certainement pas reculer le taux de dépradation commise que par les loups et jamais par des chiens errants. Des chiens errants, abandonnés il y en a partout sauf là où l’on fait de l’élevage caprins, ovins…

Dernièrement, des éleveurs ont manifesté leur mécontentement face aux importations de viande ovine et du faible prix de vente de leur viande. Les abbatoires, grossistes et grandes surfaces se sucrant allègrement sur le dos des éleveurs.

 

Le loup et la cohabitation en France

 

En France comme dans d’autres pays, le loup a un statut d’espèce strictement protégée, que nous disons ambigüe car sans être une espèce animale en voix de disparition. Le pire c’est que la France a signé cette convention, mais elle autorise un ou deux tirs par an. Nous ne tenons pas à chagriner les anti-loups, ni qui que ce soit, mais juste remettre les choses en place. On ne peut être signataire d’un traité comme celui de Berne et demander des dérogations pour abattre des loups, sachant pertinemment que cela peut engendrer des conséquences graves. Il faut que cesse cette pratique qui consiste à détruire la faune, la flore sans aucun respect; permettant ainsi à l’homme de s’installer. Argent et politique ne font jamais très bon ménage. Nous ne souhaitons qu’une chose, que des mesures soient prises pour le bien de tous et de notre ami le Canis Lupus

Et nous ne parlerons pas du braconnage organisé et de l’empoisonnement des loups, dénoncé par le WWF (Word Wildlife Fund : Fond mondial pour la vie sauvage)

  

 

 

 

Les Etats membres du Conseil de l’Europe et les autres signataires de la présente Convention.

Considérant que le but du Conseil de l’Europe est de réaliser une union plus étroite entre ses membres;

Considérant la volonté du Conseil de l’Europe de coopérer avec d’autres Etats dans le domaine de la conservation de la nature. Reconnaissant que la flore et la faune sauvages constituent un patrimoine naturel d’une valeur esthétique, scientifique, culturelle, récréative, économique et intrinsèque, qu’il importe de préserver et de transmettre aux générations futures. Reconnaissant le rôle essentiel de la flore et de la faune sauvages dans le maintien des équilibres biologiques.

Constatant la raréfaction de nombreuses espèces de la flore et de la faune sauvages et la menace d’extinction qui pèse sur certaines d’entre elles. Conscients de ce que la conservation des habitats naturels est l’un des éléments essentiels de la protection et de la préservation de la flore et de la faune sauvages. Reconnaissant que la conservation de la flore et de la faune sauvages devrait être prise en considération par les gouvernements dans leurs objectifs et programmes nationaux, et qu’une coopération internationale devrait s’instaurer pour préserver en particulier les espèces migratrices. Conscients des nombreuses demandes d’action commune émanant des gouvernements ou des instances internationales, notamment celles exprimées par la Conférence des Nations Unies sur l’environnement, de 1972, et l’Assemblée Consultative du Conseil de l’Europe. Désireux en particulier de suivre, dans le domaine de la conservation de la vie sauvage, les recommandations de la Résolution n° 2 de la deuxième Conférence ministérielle européenne sur l’environnement »

 

A signaler que la France n’a signé ce traité qu’en 1990, ainsi que la Belgique.

  

 

Vous pouvez lire aussi L’extermination des Loups en France

 

 

  

Nous n’allons pas tirer sur les éleveurs de moutons à boulets rouges, mais il faut aussi remettre les choses au point. Et j’aimerais relater un fait divers vu et entendu sur TF1. Une attaque de loups. L’éleveur montre l’état de la clôture avec un trou béant, mais tellement grand que cinq loups pouvaient passer de front. Puis ce brave Monsieur répond aux questions du journaliste en présence de son chien de troupeau un Patou. Ensuite il dit sans gêne aucune « j’avais remarqué un comportement bizarre de mes brebis depuis 2 ou 3 jours…. » C’est vraiment prendre les gens pour ce qu’ils ne sont pas. Un grillage mis à mal, un chien qui ne ferait pas son travail, mais en plus ne pas essayer de comprendre pourquoi le troupeau avait un comportement étrange. Je signale que la nuit du drame des orages ont éclatés dans toute la France et particulièrement de l’Est au Sud, évidemment cela on le passera sous silence. Quel est le but recherché et inavoué ? Nous reconnaissons qu’il y a un souci afin de faire cohabiter des troupeaux en alpâge et le loup. Mais qu’il existe des moyens efficaces pour protéger les troupeaux.  Electrification des clôtures (panneaux solaires). Des chiens de protection et de gardiennage de troupeau. Mais le plus important reste la présence indispensable des bergers.

 

Il existe des écoles pour former des bergers d’alpâges:

 

www.demain.fr/

www.reinach-formations.educagri.fr

  

 

 

Afin de garder les troupeaux il existe plusieurs sortes de chiens qui ont cette vocation. Nous vous en présentons quelques unes. Pour les autres rendez-vous sur le site ci-dessous.

 

 

  

  Nos fiches :

 

chien-pyrenees Le chien de montagne des Pyrénées (Patou)

 

matin-pyrenees Le mâtin des Pyrénées

 

Charplaninatz Le chien de berger Yougoslave ( ou chien de Charplaninatz )

 

berger-maremme Le berger de la Maremme et des Abruzzes

 

 

N’hésitez pas à nous proposer votre site, blog, pages personnelles pour apparaitre dans les partenaires de FranceLoups.

Le seul impératif, il faut qu’il soit en rapport avec le monde animal tel qu’il soit ou en rapport avec la nature.

 

 

Haut de page