Skip to content

 

 

L’avis de spécialistes tel que des directeurs de zoos ou parcs animaliers

 

France Loups a demandé l’avis de directeurs de zoos et de parcs animaliers. Leurs avis peuvent éventuellement rejoindre le notre sur deux questions.

La première le loup a t-il modifié son mode de chasse ?

Je fais cette question suite aux trop nombreuses attaques sur les troupeaux d’ovins et de caprins essentiellement. La seconde peut-on réellement incriminer toutes ses attaques aux loups ?

Il faut savoir que la Zoologycal Sociéty of London d’après son étude publiée en 2009 démontre d’après les fèces (excréments) que la proportion d’attaques de chiens errants est bien plus supérieure que celles des loups. A savoir toujours d’après cette étude que plus de 35 000 bêtes (ovins) sont tués en Grande-Bretagne, et pourtant le loup n’est pas présent sur ce territoire. Nous remercions les personnes ayant pris le temps de nous répondre.

 

 

 

Zoo d'Amnéville

 

 

L’avis du directeur du zoo d’Amnéville en Moselle

En fait, dans les régions où le loup est revenu en France, et notamment dans le Mercantour, les loups ont bon dos… Il y a toujours eu des milliers de moutons dévorés chaque année par les chiens errants. Mais avant 1992 on n’en parlait guère, les bergers ne les déclaraient même pas la plupart du temps. En revanche depuis le retour du loup, toute attaque contre des moutons est déclarée, pour bénéficier du remboursement accordé par l’Etat en cas de dégâts commis par les loups: dans la plupart des cas, il est très difficile d’affirmer à posteriori que des moutons ont été tués par des chiens errants ou par des loups. D’autant que contrairement aux loups qui, prédateurs, économisent leur énergie et ne tuent que pour manger, les chiens errants se défoulent littéralement et commettent de véritables massacres; ils laissent alors des cadavres non dévorés dont les loups ne manqueront pas de venir se repaître ensuite, car ils sont volontiers nécrophages.

Un fonctionnaire du Ministère de l’Ecologie m’a déclaré être parfaitement conscient de ce que l’Etat indemnise de nombreux éleveurs pour des déprédations qui n’ont rien à voir avec les loups. Mais voilà, il ne faut pas faire de vagues, il y a les élections, et puis dans l’intérêt même des loups, mieux vaut calmer le jeu…

On dit que les ennemis des loups sont les éleveurs et les chasseurs. Disons plutôt une fraction des éleveurs et des chasseurs. Mais comme d’habitude, on ne nous montre que les mécontents.
Ceci étant il peut arriver qu’un loup s’attaque à un mouton, c’est une proie facile. Si les moutons étaient effectivement GARDÉS, comme c’est le cas en Italie, le problème serait à 90% éradiqué, car la peur de l’homme l’emporterait sur la tentation!

La Zoological Society of London déclare que 66% des attaques contre les moutons sont imputables aux chiens errants, je penserais pour ma part 80 à 90%, car les statistiques prétendant qu’il y a plus d’attaques qu’avant 1992 ne sont pas fiables. On peut leur faire dire absolument ce qu’on veut.

Michel LOUIS

 

 

Parc animalier Sainte-Croix Moselle

 

 

 

 

L’avis du chargé de la communication

Pour répondre à votre première question, nous pouvons dire que le loup est un animal opportuniste qui choisira la facilité dans sa quête de nourriture. Il peut donc s’attaquer aux troupeaux présents sur son territoire au même titre qu’il s’attaquerait à un animal sauvage. Les moutons étant des animaux assez facile à capturer, en absence de protection , le loup n’hésitera pas.

Si le troupeau présente les moyens de protection recommandés (à savoir chiens Patou, regroupement nocturne, berger), le loup hésitera à l’attaquer car cela devient dangereux pour lui. Il reportera plus facilement son attention sur les animaux sauvages. Concernant votre seconde question, la population de chiens errants en France effectue une quantité non négligeable de prédation sur les troupeaux ovins. Ce serait bien plus que les loups. Les chiffres varient selon les sources mais on trouve des chiffres allant de 25 000 à 50 000 ovins tués par an par les chiens errants. 

Clément LEROUX

 

 

 

touroparc

 

L’avis de la responsable zoologique

Les animaux s’adaptent à leur milieu, ce concept a toujours été vérifié. Et ils ont toujours choisis la solution la plus facile afin d’économiser leur énergie : proie jeune ou malade par exemple. Aussi, si on leur offre des troupeaux entiers de proies faciles (car parquées et absolument pas entrainée…), ils vont instinctivement se tourner vers elles.Oui les animaux s’adaptent et donc modifient leur mode de vie en fonction des différents paramètres. Oui, les loups peuvent modifier leurs choix dans la chasse. Tous les animaux font cela, mais à la différence des loups, les dégâts occasionnés par les modifications de vie de certaines espèces asiatiques ou africaines (lions, éléphants…), ne nous concernent pas directement.Nous n’avons pas à comparer les attaques des loups et celles des chiens. Même en ville, les chiens de moins en moins tenus en laisse, provoquent chaque année plus d’accidents. Je pense qu’il y a significativement plus de chiens errants que de loups donc logiquement leurs attaques sont plus nombreuses que celles des loups. Ensuite, il faut considérer la puissance de ces attaques, là est peut-être la vrai différence.

Charlène Lebreton

 

 

 

 

 

 World of Wolves

 

 

L’avis de Peter Lennertz de Wolf Center

Les troupeaux qui ne sont pas bien gardés sont des proies naturelles pour le loup (mais sans oublier qu’il peut également s’agir de chiens échappés ou retournés à l’état sauvage) et une  fois dans la nature deviennent des proies faciles prioritaires.

Normalement cela n’arrive pas dans la nature que des animaux soient  assez stupides pour tourner massivement en rond et ne pas s’échapper.

Cela se passe lorsqu’un renard se trouve dans un poulailler.  Tous les poulets sont tués parce qu’ils continuent à voleter du fait qu’ils se trouvent dans un espace clos et ne peuvent s’enfuir.   Dans la nature le même renard pourrait tout au plus attraper un animal parce que le reste prendrait la fuite. Dans un espace restreint les poulets ne peuvent s’échapper et cela signifie que le renard les tue tous.   Dans la nature il est nécessaire que tous les animaux qui ne prennent pas la fuite soient tués, parce que les animaux qui ne s’échappent pas sont des animaux malades.  Le renard évite de cette manière  que des maladies se répandent.  Parce que seuls les animaux malades ne s’échappent pas.

Ce que le loup fait avec les moutons est de même nature.  Les moutons s’échappent bien mais un mouton est un animal qui n’est plus armé pour vivre dans la nature et du fait de sa domestication lointaine un mouton n’est plus capable de vraiment prendre la fuite.  Vous avez alors la même situation qu’avec le renard dans le poulailler.  Le loup également tue alors plus d’animaux parce qu’autant d’animaux qui ne s’enfuient pas  n’est pas une situation naturelle. 

La seule chose possible pour éviter tout ceci est de bien protéger les moutons.  En Allemagne par exemple c’est une obligation sinon vous ne recevez pas de dédommagement.  Le berger est ici responsable.  Il me semble que les bergers doivent être aidés.  En Allemagne les autorités de même que la Gesellschaft zum Schutz der Wölfe aident les bergers.  Avec une bonne clôture électrique à grillage d’au moins 110 cm de haut ou un fil électrique supplémentaire placé au-dessus avec un courant de 0,3-1 impulsion/sec de 5000 V (générateur 12 V, énergie de 1,2 joules).   Et en plus un bon chien de garde qui veille sur le troupeau et chasse tout ce qui y est étranger.  En Allemagne cela fonctionne très bien.  Les bergers racontent que depuis qu’ils protègent leurs moutons de cette  manière les loups ne les approchent pas à 10 mètres et s’enfuient sans même en tuer un seul.

 

Peter Lennertz

 

 

 

Haut de page