Skip to content

Coût du loup

Un loup coûte 36 110 €

Au-delà des polémiques, peut-on chiffrer ce que représente la présence de quelques meutes de loups en France ? le député (UMP) de la Drôme Hervé Mariton s’est livré à l’exercice dans un rapport qui vient d’être publié*. D’après les informations auxquelles il a eu accès au ministère de l’Ecologie, il estime le « coût de la présence du loup » (une espèce revenue d’elle-même en France, à l’inverse de l’ours) à 6,5 millions d’euros en 2009.

Ce chiffre ne comprend pas que l’indemnisation des éleveurs dont les troupeaux ont été attaqués par l’animal (1,12 millions d’euros l’an passé). La somme se justifie aussi par les investissements réalisés pour le développement rural et son volet protection des élevages : 5,2 millions d’euros ont ainsi été consacrés à l’achat de 85 chiens, à l’entretien de 807 chiens déjà utilisés par les professionnels ou à l’aquisition de 405 parcs électrifiés.

Evaluant la population de loups à 180 individus en France, le rapport calcule que chaque individu coûtte 36 110 €, une jolie somme que critique le rapporteur spécial, Hervé Mariton : il invite à « s’interroger sur la pertinence de telles dépenses dans un contexte de resserrement de la contrainte budgétaire ». Le parlementaire souligne aussi que « la France pourrait profiter des marges qu’autorise la directive Habitat afin de réduire la population de loups et proposer une évolution de la convention de Berne (NDLR ; sur les espèces protégées) ».

 Le loup est une espèce revenue d’elle-même en France.

 

« Mais c’est ce que fait notre pays, rétorque Stéphanie Morelle, spécialiste de l’animal chez France Nature Environnement. Il est possible d’intervenir quand trop de dégâts sont commis ou que la sécurité est en jeu. Nous ne sommes pas opposés aux dernières mesures autorisant des tirs ».

Cette experte juge un peu optimite le chiffre de 180 loups en France :  » Les scientifiques évaluent plutôt la fourchette à 120-150 individus. » Quant aux coûts annoncés, elle renvoie Hervé Mariton dans ses buts :  » C’est un élu de la Drôme, département concerné par les loups, il fait fait de l’électoralisme. La vraie question, ce ne sont pas les chiffres. La vraie question, c’est : La France veut-elle s’occuper d’une espèce revenue naturellement sur son territoire ? »

MICHEL VALENTIN

* Rapport spécial n° 2857, annexe 16 du projet de loi de finances pour 2011.

Article paru dans le Parisien du 11 Novembre 2010 avec leur aimable accord pour la parution sur France Loups

En lisant cet article l’écrivain et ami Bruno POL a réagi voici point de vue.

Le loup sert donc les intérêts de l’environnement puisqu’il permet d’investir  tout azimut pour tous les besoins de chacun. Ce qui est paradoxal, c’est qu’en même temps il sert la cause de l’électoralisme. Cette manière de ramener un coût à 36 000 € environ par loup est une manière de faire croire que chaque loup est hors de prix pour continuer à les garder vivant. L’hypocrisie qui se dégage de cette analyse est un non sens et mélange tous les problèmes en chargeant le loup. Ce qui revient à dire que le loup coûtant trop cher à  la société doit s’en aller ou disparaître. Mais on a oublié que le loup n’a fait que revenir de lui-même sur ses anciens territoires de chasse. C’est donc à l’homme qui en a les moyens, de s’adapter et non au loup d’en subir les conséquences… CQFD ! B. A.POL.

Bonne analyse Bruno, il est évident que les éleveurs et chasseurs représentent un électorat qu’il faut préserver. Un vote est-il plus important que la sauvegarde d’une espèce animale ? Ce cher député ne mentionne aucunement les attaques de chiens errants qui pourtant sont bien plus importantes que celles des loups. Son calcul tout à fait erronné :

 

Dépenses cumulées à cause du loups

——————————————————– = 36 110 €

Nombre de loups

 

Autoriser plus de tirs de prélèvement peut et aboutira à plus de risques de dégâts si la meute est morcellée, puisqu’il n’y aura plus de hiérarchie et on verra chaque individu chasser pour son propre compte. Ce député est allé au plus court, tout comme son ex ministre de l’écologie Jean-Louis Borloo (toujours pas de réponse à notre courrier d’avril 2009) sans étudier le comportement du loup auprés des spécialistes. Concernant son souhait de modifier le traité de Berne, c’est bien une politique de droite. Lorsque l’on peut modifier, changer ce qui est acquit et ou signé on n’hésite pas (référence aux retraites). Un dossier baclé qui hélas pourrait voir des actions contre le loup être de plus en plus graves. Le Grenelle de l’environnement ne doit pas s’arrêter à quelques actions notamment la sauvegarde du thon rouge, mais à l’écosystème en entier. Encore une fois il est tout de même étrange que le loup ne dérange que dans les Alpes et un peu dans la Drôme alors qu’il existe aussi dans les pyrénnées. Pire encore en Italie et en Espagne où la population lupine est bien plus importante et la cohabitation aussi difficile soit-elle se passe parfaitement plutôt bien. Que se passe t-il dans ces régions ? Pourquoi autant d’acharnement envers le loup ? De plus les éleveurs désirent faire de l’élevage extensif, donc ils vont encore empiétrer sur le territoire de chasse du loup, et bien sur sans réel gardiennage des troupeaux. Les risques d’attaque des chiens de troupeaux sur les randonneurs sont oubliés, voir occultés. Tant que les pouvoir publiques ne prendront pas le dossier à sa juste mesure et que des solutions (elles existent) ne seront pas étudiées avec les éleveurs, les spécialistes du canis lupus, on n’en sortira jamais.

Pascal

3 commentaires

La progression exponentielle du loup atteint désormais toutes les Alpes, le Jura, les Vosges, une partie du massif central et des Pyrénées.La progression des coûts qu’il génère suit le même rythme,indemnisation des éleveurs, frais de personnel pour le protéger et pour estimer ses dégâts sans compter les pertes sèches non évaluées des éleveurs .Les estimations vont de 36 à 60000€ par loup? sans doute moins car on sous estime largement l’effectif présent, le chiffrage restant aléatoire et fantaisiste. On dépense un argent fou pour protéger une espèce qui n’est pas en voie de disparition et pire qui participe à la dégradation de l’environnement. Raréfaction des mouflons et des chamois, régression du pastoralisme d’où dégradation des paysages. Tout cela sans aucun effet positif sur le tourisme, au contraire les randonneurs craignent les chiens patous et vont craindre les loups dans certaines zones très impactées. Bientôt on constatera des attaques fréquentes sur les bovins car le gibier naturel du loup se raréfie et il va coloniser les plaines après avoir colonisé les reliefs. Combien de temps va-t’on encore marcher sur la tête pour satisfaire certains bobos écologistes ?

je n’avais pas de point de vue très tranchée il y a encore 2 mois sur le loup, mais qui vient de toucher dramatiquement notre famille. Je tiens donc à vous vous informer de ce qu’est vraiment le loup et des conséquences de sa réintroduction en France.
Il faut savoir que tout le monde sera, ou pourra être, touché d’ici quelques années, directement ou indirectement, par ces choix politiques même si heureusement ce n’est pas dans des cas extrêmes comme celui que notre famille vient de vivre.
Mon frère est mort de façon brutal début septembre, chargé à mort par une de ces vaches atteinte d’une furie anormale, atypique et incompréhensible. La folie surprenante de cette vache était due à un hyper-stressée lié à la présence de plusieurs loups comme l’explique courageusement ma belle-sœur dans cet interview/témoignage:
https://www.youtube.com/watch?v=ch3_p6soScg Son mari a été tué à cause du loup!: (Regarder au moins les 6 premières minutes de cet l’interview si vous n’avez pas beaucoup de temps.)

Problématique du loup :
Les aprioris, les non connaissances, les fausses informations sur les loups, les conséquences sur le développement durable et sur l’impact actuel et futur de notre environnement
Voici 2 vidéos pédagogiques qui expliquent très bien ces différents sujets:
https://www.youtube.com/watch?v=3u1khQWeq2I Les lourdes conséquences du retour du loup (regarder au moins les 10 premières minutes et les 5-10 minutes suivantes si vous voulez savoir s’il y a des risques pour l’homme)
https://www.youtube.com/watch?v=QGAW4E964hs L113 : Les loups contre le développement durable et la biodiversité en France (Nota : il y a quelque passage assez hard mais qui ont le mérite de montrer la réalité sur ses super prédateurs)

Le loup peut-il s’en prendre directement à l’homme ?
Le loup, surtout en meute, peut parfaitement s’en prendre à l’homme, comme il peut s’en prendre au gibier de plus de cent kilos (veaux, vaches, chevaux, biches, cerfs…, voir les 2 liens précédents). Contrairement à la propagande assénée depuis ces trois dernières décennies jusque dans les écoles, centres de loisirs, parc animalier, les loups ne sont pas des animaux de compagnie et bien des super prédateurs dangereux. Les attaques féroces sur les animaux sont nombreuses et sur les humains sont rares mais elles existent.
Voici l’histoire survenu il y a seulement 2 ans à un adolescent de 16 ans dans nos alpages: https://blogs.mediapart.fr/francoise-degert/blog/100615/attaque-de-loups-sur-un-adolescent-dans-les-alpes
Le Centre de Recherche d’Histoire Quantitative tient à jour une base de données qui répertorie près de 3000 victimes, en France, d’attaques de loups non contaminés par la rage sur plus de 70 départements de la France métropolitaine entre 1360 et 1918.
Est-ce que ça se passe mieux dans les pays voisins ?
Pour les gens qui vous expliquent qu’en Italie il y a toujours eu des loups et que ça se passe très bien, je les invite à regarder cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=-EOMv1w_kGc Quand le loup devient une menace. Reportage Italien
Pour ressentir le stress permanant imposé à nos éleveurs cette vidéo est assez parlante (ou plutôt touchante) : https://www.youtube-nocookie.com/embed/shGROXe9g4w LES MORSURES INVISIBLES
Je ne rien contre l’écologie bien au contraire ! Je pense même que nous n’en faisons pas assez sur les vrais problèmes écologiques : pollutions, réchauffement, pesticides chimiques, transports. Nos quelques Bobos écolo feraient mieux de s’occuper de ces problèmes plutôt que de larguer des ours dans des zones où des éleveurs pratiquent le pastoralisme sans leur demander leurs avis. Que diraient-ils si nous venons leur livrer un super-prédateur financé par les contribuables dans leur luxueuse villa Parisienne !
Le loup n’est pas une espèce en voie de disparition et je ne dis pas qu’il faut l’éradiqué. C’est un super prédateur nécessaire pour l’équilibre écologique de grandes zones sauvages comme dans les grandes pays de l’Est ou Nord-américain avec d’immenses zones sauvages. Mais partout où l’être humain et l’élevage est présent ça présence n’est pas compatible avec un développement durable (dans toutes ces régions, il y un super prédateur de trop : le loup ou l’homme!).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *