Skip to content

Le loup des Vosges

Le retour du loup dans les Vosges

   Depuis une semaine dans les Vosges (88) et plus précisément dans le massif du Ventron, le loup aurait fait son apparition de manière très spectaculaire. En une semaine on recense quatre attaques sur des moutons, faisant 24 victimes. Et on crie déjà au loup sans aucune preuve réellement établie.

Peut-on croire effectivement au retour du loup dans les Vosges ? Nous disons oui pour une bonne raison sa présence a déjà été signalée en Franche-Comté et dans le Jura. En Janvier sa présence fut confirmée à l’Etang de la Gruère dans le Jura Suisse. La distance séparant l’Etang de la Gruère et le Ventron est grosso modo de 150 km. Une telle distance est en fait une ballade pour le loup, puisqu’il peut facilement faire entre 80 et 100 km par jour.

 

Est-ce le loup ?

   Nous avons un doute, et même un gros doute, et cela pour plusieurs raisons.

La première serait sa réapparition soudaine, brutale. Jamais il n’a été signalé dans les Vosges par un restant de carcasse de gibier de grosse importance. Nous avons été alerté en 2009 et 2010 par mails d’une soi-disant apparition. En 2010 une photo d’empreintes dans la neige nous été envoyée, mais trop floue pour dire que c’était bien des empreintes du canis lupus.

La seconde, les attaques à répétition 4 en une semaine. Loup solitaire ayant perdu le sens de la chasse ? Probable mais avec là aussi un gros doute.

La troisème nous fait plus penser à une attaque de chiens errants. Le loup ne chasse, ne tue qu’une seule proie, instint de survie atavique. Il dévore généralement sa proie sur place et emportant les restes. De plus trois ou cinq kg de viande par jour lui suffisent. Pour un individu un lièvre suffit pour sa ration alimentaire quotidienne.

Le chien errant, ayant été domestiqué lui n’a pas la notion de chasse, il attaque tout ce qui bouge et « grignotant » ses victimes.

 

Ventron-Vosges

 

Le retour dans les Vosges est-il possible ? 

Bien sur car tout se prête à son retour. De magnifiques forêts et en plus très giboyeuses. Super prédateur, mais aussi super régulateur de l’écosystème, bien meilleur que l’homme et son fusil.

 

Peur du loup ?

   Depuis sa réappartion en France en 1998 dans les Alpes jamais l’homme n’a eu a déplorer une attaque et pas même une morsure. On ne peut en dire autant pour le canis familiaris (chien). A savoir que prés et même plus de 60 % des attaques sur le bétail sont l’oeuvre de chiens errants.

 

Résumé de la situation.

   Au 12 Avril dans le massif vosgien du Ventron on dénombrait trois attaques sur des brebis occasionnant la mort de 21 d’entre-elles. Le 15 Avril trois autres brebis subissent le même sort. Puis les attaques cessent aussi soudainement qu’elles sont survenues. Le loup si s’en est un, ou le chien errant seraient assez intelligent pour se faire discret dès que ce fait divers est relayé par les médias ? Plus étrange encore quand deux spécialites de l’ONCFS (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage)sont diligentés sur place, il ne se passe plus rien. Dans la nuit du 19 au 20 avril une nouvelle attaque, mais là que sur une seule brebis. Le propriétaire devra l’abattre. Et là aussi c’est étrange, l’animal s’attaquait à plusieurs proies au début, puis qu’une seule ? Mais  pourquoi ne pas avoir dévoré sa proie même partiellement ? Dans le journal du 15 Avril 2011 sur France 3 National une photo aurait été prise. Dire que c’est bien un loup c’est très difficile. La ressemblance restant possible, mais une ressemblance avec un chien-loup Tchécoslovaque ou chien-loup de Saarloos n’est pas à exclure. France Loup a de plus en plus de doutes, même s’il n’est pas écarté que ce soit réellement un loup. Il y a dans ce fait divers trop d’incompatibilités qui permettent de penser réellement à des attaques volontaires. Nous, nous posons les questions pourquoi et dans quel but ? Nous en saurons certainement plus dans un mois, car les deux spécialistes ont découvert des fèces (excréments) d’un canidé. L’analyse devrait prendre quatre semaines.

Le 23 avril nouvelle attaque que sur une seule brebis. L’éleveur a soigné sa brebis avec des antibiotiques, mais il n’a pas trop d’espoir. Nous en sommes sincèrement désolé. Mais encore et toujours pourquoi cette attaque, le canidé a juste sérieusement blessé l’animal, ne l’a pas achevé et encore moins dévoré. Etant simplement un passionné du canis lupus et donc pas un spécialiste, je reste néanmoins persuadé que ce n’est pas un loup.

11 Avril 2011, les résultats de l’analyse des excréments retrouvés sur place ne sont pas ceux d’un loup. Mais d’un canidé celui d’un renard. Ce qui a du se passer ; l’attaque sur l’ovin volontaire ou non par un canidé, la dépouille restant là a sûrement attirée Maître Goupil par cette opportunité. Pour information un renard pèse 5 kg et ne s’attaque qu’à des petites proies (lièvre, lapin, campagnol, souris, grenouille, écureuil) et occasionnellement de charognes. Un mouton peut faire de 50 à 100 kg.

16 Mai 2011 Cinq agneaux ont été retouvés morts au col du Brabant entre Cornimont et la Bresse à une dizaine de kilomètres du Ventron, là où ceux sont produites les premières attaques. Mais cela ne ressemble pas la méthode de chasse d’un loup, une seule proie lui suffit.

21 Mai 2011 A la Bresse un jeune poulain âgé de deux mois a été retrouvé mort. Ce dernier fut attaqué deux fois, une fois à l’encolure et une autre au cou. Cela ressemble effectivement à la signature chasseresse du loup. Le pauvre poulain n’a été que partiellement dévoré. Dans son édition du 22 Mai l’Est Républicain écrit que ces attaques depuis début Avril 2011 peuvent être l’oeuvre de loups, chiens errants et même de chiens dressés à l’attaque. Il est étrange qu’aucune attaque n’avait été signalée depuis le 23 Avril; pas même la découverte du cadavre d’un gros gibier ou les restants. Toutes ses péripéties thêatrales me laisse perplexe et songeur. Car les premières attaques ne ressemblent pas à celles du loup, dès que les médias s’emparent de l’affaire, que des spécialistes pensent aussi que cela ne puissent être la signature du loup, les attaques s’espacent et il y a moins de victimes. Puis les quotidens Est Républicain, Républicain Lorrain et moi-même nous nous étonnons que les attaques se concentrent que sur un seul secteur le Ventron. Des moyens de surveillance sont mis en place et bizarrement 23 jours après une nouvelle attaque, mais là le « loup » s’est déplacé. Le loup aurait-il la possibilité de lire les journaux régionaux ?

03 Juin 2011 Une nouvelle attaque du prédateur à la Bresse. Une brebis a été découverte par son propriétaire hier et en partie dévorée. Cela ressemble au mode de chasse d’un loup. Mais restons prudent, en effet rien n’est plus étrange que ces attaques. Quand il attaque plusieurs pries en même temps, l’attaque suivante il ne s’en prend qu’à un seul animal. Lorsque l’on s’étonne qu’il ne dévore quasiment pas ses proies, la fois suivante il la dévore quasiment en entier.  En 53 jours, il aurait attaqué trois fois, ce qui donne environ un repas tous les 17 jours grosso-modo. Et aucune découverte d’une carcasse de gibier dans les secteurs où il sévit. Depuis sa dernière attaque 12 jours se sont écoulés et il aurait pris ses quartiers d’été à la Bresse depuis maintenant trois semaines sans que personne ne puisse voir où apercevoir l’animal ? Lors de son avant dernière attaque, le super prédateur serait entré et sorti de l’enclos électrifié, prenant juste une châtaigne en dévorant le poulain. Cette histoire devient invraissemble.

13 Juin 2011 Le journal L’Alsace.fr que des troupeaux de vaches auraient été effrayés par un animal. Pour les propriétaires des troupeaux il ne fait aucun doute, c’est bien un ou des loups. Les faits remontent au 08 juin. Le 10 Juin un couple de randonneurs auraient vu une meute de loups composée de sept individus dans le col du Bramont. Je ne mettrais pas en doute la crédibilité de cette information car je n’en ai pas le droit, mais juste une chose me chagrine. Une telle meute doit se nourrir quasiment tous les deux ou trois jours. Et toujours pas de découvertes de carcasses de gros gibier. A l’heure où j’écris cet article 17 Juin, aucune attaque depuis le 03 Juin. Voici sur la carte le parcours du soi-disant loup ou loups.

google-maps

 

D’après une capture d’écran du journal télévisé de France 3:

loup-france3_15avril2011

 

   Les vidéos et témoignages sur cette étrange affaire. Vous remarquerez à la lecture des témoignages que je ne suis pas le seul à trouver ce fait divers plus que bizard. Bizard, vous avez dit bizard… comme c’est bizard.

 

 

 

 

17 Juin 2011 : Les experts sont formels il s’agirait bien d’un loup qui fréquente le plateau Vosgien. Une photographie prise par un appareil à déclenchement automatique a immortalisé l’animal le 08 Juillet 2011 au Col du Bonhomme.
La photographie parue dans l’Est Républicain, ainsi que sur France 3Alsace montre effectivement une sorte de canis lupus. Une sorte car pour moi la photographie n’est pas nette. L’animal a une drôle de tête. Que je regarde la photographie dans son format normal ou que je l’agrandisse, j’ai le même constat. J’ai l’impression qu’il y a deux têtes qui se chevauchent. La partie haute avc les oreilles très claire, puis une démarcation très prononcée du milieu du front jusqu’au museau. Cette tête ne me parait pas très lupine.
Quand sera-t-il possible d’avoir une photographie de qualité, nous démontrant sans aucun doute possible que c’est bien un loup ? Je vais encore être rabat joie depuis le 03 Juin l’animal n’a causé aucun dégât. Aucune trace d’un récent repas. Pas de trace non plus d’excréments, de poils, rien.
Allez imaginons que ce soit bien un loup et que je me sois trompé. Tant mieux pour les éleveurs, ils vont enfin percevoir les indemnités compensatrices. Dans l’Est Républicain, il est titré « Tuer ou ne pas Tuer ? ». Je constate avec beaucoup de satisfaction que les éleveurs vosgiens, victimes de la Bête, ne demandent pas la mise à mort de l’animal. Ils demandent en revanche des barrières métalliques pour protéger leur bétail. Chapeau bas Messieurs. Il a été démontré qu’un tropeau parfaitement gardé ne risquait quasiment rien. Certe je le reconnais un bon gardiennage de troupeau coûtte cher, et les indemnités compensatrices aussi. En France les indemnisations sont versées par le Fond National pour la Nature et l’Environnement qui est lui financé par le Ministère de l’Environnement.
Montant des indemnisations en 2009 : (Voir tableau complet)

  • Un bélier 400 €
  • Mâle ou femelle moins de six mois de 90 à 130 €
  • Mâle reproducteur reconnu 520 €
  • Femelle destinée à l’abattoir 150 €
  • Femelle gestante 180 €
  • Femelle fromagère (chèvre) de 525 à 750 €

Ne pas oublier une chose en cas de doute sur une attaque (loup ou chien) le doute profitera à l’éleveur. Et dans bien des cas ceux sont des attaques de chiens errants. Si nous voulons garder notre Terre, notre écosystème en bonne santé, s’il n’est pas trop tard, des solutions concernant le pastoralisme existent. Revenons 100 ans en arrière et créons des emplois de bergers qui seraient subventionnés par l’Etat.

 

 

« L’Homme s’est invité dans le jeu de cartes de l’écosystème, en ne respectant pas les règles du jeu »

                                                                                                                                          P.H

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *